Les nouveaux barbares – Les bouleversements internes du capital : quelques exemples non limitatifs

Le 7 mai Emmanuel Macron, l’ancien ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique du gouvernement Valls II, est élu président de la franchouillardise tricolore. Il ne se cache pas, comme ses prédécesseurs, de vouloir créer des emplois en liquidant plus d’emplois et de vouloir précariser le salariat pour créer des emplois avec des contrats de travail liés à la personne, en fait d’adapter les structures juridiques à la précarisation en cours.

Notre nouveau président fut l’initiateur de la libéralisation du transport routier en août 2015 : les « cars Macrons » devaient créer à terme 20 000 emplois, tout en transportant la jeunesse et les vieux indigents. Le résultat ne fut pas brillant puisque Mégabus a fait faillite en novembre 2016, licenciant 175 salariés.

Le nouveau président veut mettre le paquet avec « les barbares » sur la « destruction créatrice » que les nouvelles technologies devraient engendrer. Il a derrière lui une petite armée d’adeptes qui visent à monter des plates-formes numériques et « créer de la valeur avec rien ».

Ces plateformes ne sont pas créatrices de valeur au sens marxiste du terme, elles se présentent symboliquement comme une sangsue technologique sur leurs utilisateurs.

Comme les actifs financiers de ces platefor­mes ne valent rien, elles peuvent s’installer sans encombre dans les paradis fiscaux. Quand leurs actifs prennent de la valeur, ils sont hors d’atteinte et comme elles n’ont pas d’actionnaires c’est tout bénéfice pour elles, d’où des décollages boursiers spectaculaires pour ce capitalisme qui se développe en dehors des clous des réglementations établies. Les valeurs captées par ces nouveaux venus du xxie siècle sont concentrées dans les paradis fiscaux et dans la Silicon Valley. Leurs capacités à phagocyter l’économie productive de plus-value est telle que les géants du Web, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) auxquels s’ajoutent maintenant les NATU (Netflix, AirBnB, Twitter, Uber…) deviennent une menace interne au ­capital historique.

La numérisation a pour le moment fait sa principale pénétration dans le domaine des services, mais désormais, elle déborde et s’étend à des secteurs qui semblent plus difficiles à phagocyter du fait de barrières réglementaires, que les Barbares veulent soumettre (voir le cycle de conférences « Les Barbares attaquent » http://barbares.thefamily.co/), et agissent pour que tous les secteurs passent sous les fourches caudines et monopolistes des GAFA.

La numérisation de l’industrie n’est pas une évidence

La grande crainte des industriels est de voir s’introduire les trublions de la Silicon Valley dans le partage des profits. En effet il suffit de voir comment le phénomène des « plateformes » (1) est devenu une véritable sangsue sur certaines professions. Les plus marquantes concernent l’industrie touristique et plus particulièrement l’hôtellerie et la concurrence déloyale d’Uber. En tant qu’intermédiaire, la plateforme s’impose comme une infrastructure indispensable visant une position monopolistique. Il y a une résistance assez globale à l’expansion des plateformes, les procès sont nombreux (2) et des luttes dans les rues se manifestent, les taxis contre Uber… mais aussi l’industrie hôtelière qui s’est rendu compte de l’inconvénient de transférer de plus en plus ses activités sur Internet. Il en est de même pour les banques et assurances.

Il a été effectivement aisé pour les GAFA de gagner leurs procès contre les hôteliers et autres, mais dès qu’ils se sont attaqué aux banques et assurances le vent a tourné.

« Plus important encore : Google n’a pas réussi à convaincre les grands assureurs et les grandes banques de participer au projet, ceux-ci n’ayant aucune envie de partager leurs profits avec les champions de la Silicon Valley. Les internautes ne pouvaient donc comparer les prix que de petits acteurs. Les banques et assureurs étant de gros annonceurs sur Google, celui-ci n’a pas forcément voulu prendre le risque de les froisser avec ce nouveau service. »
(https://www.lesechos.fr/24/02/2016/)

Contrairement à la France, l’Allemagne la championne des biens d’équipements et de l’industrie mécanique se tenait à l’écart de la dite « révolution 4.0 » et même la négligeait. Seulement la numérisation tout comme l’informatisation ne connaissent pas de frontières, elles pénètrent partout dans la société civile et même sur les êtres vivants l’homme compris.

Malgré leur réticence, les industriels allemands se trouvent contraints bon gré mal gré d’entrer dans la danse de l’innovation numérique. Une des caractéristiques de ses innovations est la mise en réseau de tous les éléments du processus de production afin de construire l’usine ultraconnectée du futur. Autrement dit, l’industrie 4.0 reposerait sur l’interconnexion de machines intégrées dans un univers éclaté, parcellisé mais globalisé dit système Cyber physique (3) qui impose d’avoir une approche globale et transversale des différents domaines techniques. Une sorte d’architecture toile d’araignée s’autorégulant à l’échelle mondiale. Les machines, les pièces usinées ayant la capacité d’interagir et de se reconnaître mutuellement par pilotage intégré. Une superstructure gigantesque dite « système productif cyber-physique » qui agit mondialement par le truchement des communications radio, l’emploi de capteurs, de puces RFID…

Les entraves au Cyber-physique.

Les industriels allemands craignent d’être phagocytés :

« Néanmoins la vraie menace, l’épouvantail de chaque manifestation Industrie 4.0 en Allemagne reste Google, présenté comme le concurrent n°1. Les industriels allemands craignent qu’à l’aune d’autres secteurs comme l’édition ou l’hôtellerie, les géants de l’Internet n’imposent une relation exclusive avec le client final. Détenant l’accès aux données d’usage et des ­interfaces guidant le choix des consommateurs, ils seraient alors en position de force pour capter une part importante de la marge, quand ils ne chercheraient pas directement à concurrencer les industriels, à l’image de la voiture autonome. »

(La Numérisation de l’industrie dans les entreprises du Mittelstand allemand, étude de BPI France)

Récemment le constructeur automobile Porsche a pris les devants :
« Selon Lutz Meschke, l’essor de l’autopartage et des services de type VTC (voiture de transport avec chauffeur) devrait à terme, d’ici sept à dix ans, rendre l’utilisation à temps partagé d’une voiture “aussi commode que le fait d’en posséder une”. Une tendance qui d’après lui devrait impacter le volume des ventes de véhicules neufs. »

Plus récemment nous apprenons que des patrons viennent de saisir la commission européenne sur le sujet.

Le 5 mai 2017, « ce sont quelques-unes des plus belles réussites de la tech européenne qui ont pris la plume : les emblématiques licornes Deezer et Spotify, l’investisseur allemand Rocket Internet, mais aussi LeKiosk, Qobuz… Dix patrons qui, dans un courrier adressé à à la Commission européenne et que Les Echos ont pu lire, dénoncent les pratiques des plateformes en ligne. Sans jamais nommer explicitement Google et Apple, ils appellent l’exécutif européen à sévir contre les Gafa. (Les Echos)

L’Europe des 15 ou des 27 n’est pas une entité fiable et solide et Mitterrand en avait conscience, il avait surtout conscience du poids de l’administration américaine sur l’Europe, tant sur son économie que sur ses capacités militaires. Dans ces circonstances il serait bien étonnant que l’UE s’attaque aux GAFA (un des objectifs d’Emmanuel Macron). La puissance de corruption des GAFA est à la hauteur de sa puissance financière et monopoliste ; ils sont élevés au rang d’une puissance diplomatique : le Danemark vient de nommer un ambassadeur auprès des GAFA.

L’Irlande et le Luxembourg sont les repaires fiscaux de ces nouveaux pirates, Apple y est installé ainsi que Google et Facebook, Amazon est domiciliée au Luxembourg.

Le 4 février 2016 la valorisation de ces GAFA était de 1 650 milliards de dollars

A titre de comparaison, leur valorisation est à peu près égale au PIB de la France, 6e puissance mondiale derrière le Royaume-Uni.

Les médias ne cessent de dénoncer, les GAFA et les tribunaux européens d’exiger, de Google et Apple des milliards d’arriérés d’impôts, rien n’y fait et la pieuvre continue d’étendre ses tentacules.

Ce texte vise essentiellement à attirer l’attention des camarades sur les contradictions du capital et l’influence des nouvelles technologies sur le monde du travail. A terme, les réformes visant les codes du travail, les retraites, l’achèvement de ce qui reste de l’Etat providence et la préparation à une gestion généralisée de la précarisation-paupérisation desdites classes moyennes, d’où une mutualisation dite universelle, des revenus, des ­retraites…

G. Bad mai 2017

(1) Qu’est-ce qu’une plateforme ? « Il s’agit, sur le plan général, d’une infrastructure numérique permettant l’interaction entre deux ou plusieurs groupes d’utilisateurs ». Elle se positionne comme intermédiaire rassemblant des utilisateurs différents : clients, publicitaires, prestataires de services, producteurs, fournisseurs, voire objets physiques.
(2) Saisi par Uber, le Tribunal des affaires de sécurité sociale a annulé pour vice de forme le redressement de cotisations de 5 millions d’euros et la requalification des chauffeurs en salariés que réclamait l’Urssaf (qui fait appel).
(3) Selon la définition de la Plateforme Industrie 4.0, « les systèmes cyber-physiques (SCP) regroupent des systèmes embarqués qui utilisent des capteurs pour récupérer des données et qui agissent sur des processus physiques au moyen d’actionneurs. Ils sont connectés les uns aux autres via des réseaux digitaux, utilisent toutes données et services disponibles mondialement et bénéficient d’interfaces hommes-machines multimodales. »

A propos du prétendu capitalisme de plateforme

Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt… Imaginons que le sage soit le producteur capitaliste de marchandises qui cherche à tirer de l’exploitation de la force de travail le maximum de plus-value, la lune le consommateur dont l’utilisation de cette marchandise va permettre au producteur d’engranger cette plus-value, le doigt n’est rien d’autre que tout ce qui est nécessaire pour que tout se passe bien entre ce producteur et ce consommateur. Production et consommation restent les éléments essentiels et incontournables de ce que l’on appelle le mode de production capitaliste et ce qui existe entre ces deux, parfois mais rarement inexistant. Si le secteur productif de marchandises n’existait pas, ce secteur intermédiaire entre production et consommation n’existerait pas. Leur source de revenus est donc une partie de la plus-value extraite dans ce secteur productif, mais il se peut que ce secteur intermédiaire exploite la force de travail et dégage lui-même une plus-value. On doit aussi considérer le fait que tout ce secteur intermédiaire, même si son activité est dans le virtuel, ne peut exister sans des vecteurs matériels divers venant de tout le secteur ­productif.

Si l’on considère la forme juridique de l’exploitation de la force de travail, on doit constater que tous les travailleurs en CDI ne sont pas forcément des travailleurs productifs d’une activité de base, pas plus qu’une infinité de précaires peuvent être, même travaillant dans les pires conditions, des travailleurs productifs d’une telle activité.

Dans le doigt qui montre la lune consommatrice, se réfugient une grande variété de fonctions nécessaires bien sûr mais en aucune manière autonomes économiquement : les transports divers englobés aujourd’hui sous le terme de logistique, la publicité sous toutes ses formes, et/ou autres accessoires dont le caractère commun est d’être consommateur d’une part de la plus-value dégagée dans le secteur productif dont il dépend totalement pour dégager éventuellement sa propre plus-value. Le capitaliste producteur va tendre à diminuer le plus possible cette part de plus-value qui lui échappe pour en garder le plus possible ; il peut même, en organisant comme filiale son propre réseau de distribution, récupérer dans l’exploitation des travailleurs de ce réseau une partie de sa propre plus-value.

Un capitaliste, c’est celui qui investit du matériel (capital fixe) dans une production d’une marchandise quelconque pour en tirer de la plus-value dans l’exploitation de la force de travail (capital variable). Le soi-disant capitalisme de plateforme n’a rien à voir avec ce qu’est le capitalisme au sens strict du terme et l’utilisation de ce terme est particulièrement abusif dans ce cas.

Il y a d’ailleurs un mélange des genres lorsque l’on parle des entreprises classées sous ce titre de capitalisme de plateforme. Par exemple Google n’est rien d’autre qu’un support publicitaire physiquement différent mais au rôle identique au mur sur lequel est collé une réclame ou au panneau Decaux, ou encore au message publicitaire à la radio ou à la télé, ou à ce qui apparaît dans la marge de mon écran. Qu’il se fasse une masse de pognon en ayant inventé un support que je suis le premier à utiliser ne change rien au problème.

Uber c’est totalement différent, bien que participant à cette consommation de la plus-value produite ailleurs et en produisant par ailleurs. L’utilisation des moyens modernes de communication lui a permis de mettre en place un autre mode de gestion de la force de travail dans le domaine du transport de voyageurs, lui permettant ainsi de pomper une plus grande part de la plus-value produite ailleurs et d’en engranger lui-même un ­maximum.

Airbnb, que l’on cite comme un autre exemple de ce prétendu capitalisme de plateforme, n’est rien d’autre qu’une agence de voyage qui exploite un créneau spécifique qui avait été en partie défriché par un volontariat de l’échange largement présenté comme une création autonome échappant au capital, alors qu’il s’agit en fait d’une concentration dans le secteur hôtelier mondial.

Il reste que tout ceci ne représente pas grand-chose dans le système capitaliste mondial et qu’il n’y a pas lieu d’y consacrer plus que ces quelques lignes. Ils partagent en commun le fait qu’ils n’existeraient pas si le secteur productif de marchandises ne leur fournissait (hors des paiements de services rendus venant de la plus-value globale) le support matériel élément central de leur activité même : des ordinateurs pour Google, des bagnoles pour Uber, des logements pour Airbnb.

Reste à évaluer l’incidence réelle justifiant cette montée d’adrénaline à propos d’un phénomène très marginal, non seulement pour la France mais infinitésimal à l’échelle mondiale. Soit pour la France, en 2016, autour de 30 millions d’habitants de 15 à 64 ans dont seulement 72 % (environ 21 millions) ont une activité quelconque ; la moitié sont en CDI ; et sur l’autre moitié en « précarité », si l’on soustrait les 3 millions de chômeurs et les 85 % des 7 millions du reste en CDD, les précaires restants (qui ne sont pas tous ubérisés) ne représentent guère plus d’un million d’actifs , soit 5 % de la totalité des actifs. Bien sûr, ce n’est pas négligeable mais non seulement ce n’est pas une masse homogène quant aux relations de travail mais c’est un milieu particulièrement mouvant. De tout cela on ne peut guère tirer de conclusions.

Il reste à savoir la cause de cet engouement dans une négligence des fondamentaux du capital. On pourrait intituler ce phénomène « A la recherche de l’arche perdue » tant il apparaît comme un substitut dans cette recherche du sujet révolutionnaire qui anime une bonne partie de l’ultragauche et où de fait ne déferlent que les modes provisoires de tendances que le capital lui-même essaie de déceler dans ses pratiques destinées à accroître la productivité du travail.

H. S.