Iran : explosion du mécontentement. Après la vague verte, la vague des cols bleus

Cet article traduit de la revue allemande Wildcat est paru dans Echanges n° 163 (printemps 2018).

Dans notre article « Pas de répit après l’accord sur le nucléaire » (1), nous avions décrit l’augmentation du nombre des luttes de travailleurs et leurs arrière-plans. En 2017, il y a encore eu plus de 900 grèves et manifestations. Les travailleurs des raffineries de canne à sucre Haft-Tape (4 000) et Hepco (1 000), par exemple, luttent depuis des années pour des salaires impayés. Après un accident dans une mine qui a causé plus de quarante morts, le président Rohani a été conspué par des travailleurs peu avant sa réélection.
Le tremblement de terre dans l’est du pays à la mi-novembre 2017 a révélé l’incroyable corruption et la fraude dans la construction des bâtiments. L’Etat a bâti sans respecter les règles. Plus de 500 personnes ont perdu la vie. Environ 18 000 habitations ont été totalement détruites, et des dizaines de milliers de personnes sont toujours sans toit. Lorsque certains mollahs en ont reporté la faute sur les victimes – « Dieu a puni les hommes à cause de leurs péchés » –, ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Sur la messagerie Telegram les mollahs ont été comparés à des chiens de sauvetage, avec cette seule différence que les chiens ont plus d’honneur qu’eux. C’était impensable auparavant !

Après d’autres tremblements de terre à Téhéran et dans plusieurs villes, de plus en plus de gens sont descendus dans les rues la nuit. Ils s’adressaient mutuellement le V de la victoire comme s’ils avaient reconquis la rue. Un cinquantenaire, taxi l’après-midi et coursier pour une agence de courtage le soir, dit : « La nuit d’hier nous avons finalement fait la fête. Les gens sont restés dehors toute la nuit, comme à l’étranger. »

Sit-in et manifestations se multiplient. Sur les réseaux sociaux il s’échange de nombreuses vidéos, comme celle d’une vieille femme assise sur une chaise devant une banque qui insulte les dirigeants devant la foule. La banque lui a pris ses économies. Ces dix dernières années, quatre à cinq millions de personnes ont perdu leur épargne à cause des taxes. Les banques iraniennes sont pourries.

Le mardi 28 décembre 2017, le mouvement a commencé dans la ville de Machhad sous forme de protestation des conservateurs contre les « réformes » du gouvernement ; puis, les protestations ont échappé à tout contrôle. Quelques jours auparavant, un rassemblement de travailleurs à Téhéran pour la libération de dirigeants du syndicat des chauffeurs de bus, en grève de la faim, s’était terminé par des arrestations et des blessés.

Le mouvement s’est rapidement radicalisé et étendu à plus de 100 villes. Le principal slogan était « A bas le dictateur Khamenei ». A la différence du mouvement en 2009 qui était resté cantonné à Téhéran et quelques grandes villes, cette fois-ci c’est avant tout la périphérie qui s’est mobilisée. En 2009, la classe moyenne aspirait à participer à la mondialisation de type occidental et se reposait sur les réformateurs. Cette fois-ci, les protestations ont été l’expression de ceux qui n’envisagent plus aucun futur dans ce qui existe. Ce sont les chômeurs et les habitant(e)s des bidonvilles qui ont donné le tempo. Les 26 tués dénombrés jusqu’à maintenant, dans la rue et dans les prisons, ainsi que 90 % des 3 700 détenus (au moins) sont des jeunes pauvres de moins de vingt-cinq ans. Il y a eu moins de femmes dans les rues car la plupart des actions étaient violentes, se déroulaient la nuit et dans de petites villes. Les révoltes ont été particulièrement fortes dans l’ouest du pays, où vivent des minorités ethniques qui constituent un peu plus de 50 % de la population totale.
Le mouvement s’est radicalisé contre les symboles d’un régime qui mélange politique, religion et économie. A côté des bâtiments de l’Etat, de la police, des banques, etc., des incendies ont touché des mosquées et des symboles religieux – ce qui est aussi nouveau. Les protestaires n’ont plus eu aucune peur pendant un instant.
Les actions de rues ne furent le fait que de quelques centaines de milliers de manifestants, mais ils jouissaient d’un large soutien. Les slogans et les vidéos des manifestations furent massivement diffusés sur les réseaux sociaux et les protestaires purent réellement se sentir majoritaires.

L’arrière-plan économique : chômage et pauvreté

Le nombre d’habitants dans des bidonvilles ou de sans domiciles fixes a beaucoup augmenté ces dix dernières années ainsi que, depuis 2013, la pauvreté dans les périphéries urbaines et rurales. S’y ajoute la prolétarisation massive de la classe moyenne. Pour la majorité, la fin des sanctions des Nations unies n’a pas apporté les améliorations espérées. Seuls quelques mollahs corrompus et leurs combinats économico-militaires en ont profité, les pasdaran par exemple.

En 2016, le PIB a crû de 12 %, en 2017, de 2 % à 5 %. Quasiment seul le secteur énergétique connaît la croissance, elle ne touche presque pas les autres secteurs économiques. De nombreux secteurs dans l’industrie stagnent et les licenciements ne ­cessent d’augmenter. Les investissements privés et publics sont à leur plus bas niveau historique et presque aucun des investissements étrangers espérés ne s’est réalisé à cause de l’incertitude concernant de nouvelles ­sanctions.
Le taux officiel du chômage atteint aujourd’hui 12 % (20,7 % des femmes et 10,5 % des hommes) ; 42 % des chômeurs sont des diplômé(e)s. Le taux de chômage est particulièrement élevé chez les jeunes gens : en 2015-2016, 31 % des hommes et 53 % des femmes de 18 à 29 ans étaient sans travail. 82 % des hommes et 55 % des femmes de 18 à 29 ans vivaient encore chez leurs parents ; 76 % des hommes et 49 % des femmes n’ont jamais été mariés.

Les salaires stagnent, le revenu moyen correspond à peu près au salaire minimum légal (9,29 millions de rials – aujourd’hui environ 209 dollars). Mais 40 % des travailleurs gagnent moins que le salaire minimum, appliqué uniquement dans les grandes industries.

La situation économique a particulièrement empiré dans les très petites villes et à la campagne. L’introduction d’une aide « sans condition » par l’ex-président Ahmadinejad avait rendu la pauvreté moins dure (2). Pour beaucoup de gens cette aide versée en espèces valait mieux que les subventions pour l’essence. Par-là, Ahmadinejad était parvenu à apaiser le « mouvement vert » (avec en outre son appel à l’identité de la Nation). Cependant l’hyperinflation de ces dernières années a dévalorisé cette somme en espèces. Désormais Rohani l’a fortement rognée. Dans le budget pour 2018, les dépenses pour l’armée, le programme de missiles et l’intervention à l’étranger vont augmenter. Les coupes de nombreuses subventions déjà mises en place vont être étendues. Le prix de l’essence a augmenté d’à peu près 50 %.

« Capitalistes-Mollahs, rendez-nous notre argent »

Les protestations ont exprimé une méfiance croissante envers l’appareil politique dans son ensemble. Les manifestants se sont opposés à la guerre de Rohani contre la classe ouvrière et les pauvres, et ont créé un front plus élargi que ne l’avaient obtenu les nombreuses luttes souvent isolées de ces deux ou trois dernières années. Ces protestations ont prolongé les luttes des années précédentes et dans le même temps marqué une recomposition de classe en Iran. C’est pourquoi les comparaisons avec 1979 ou 2009 ne nous aident pas beaucoup. Les potentialités matérielles et idéologiques du mouvement sont aujourd’hui autres ! Il ne s’agit pas de protestations de « pendards » dans une pauvreté absolue, mais d’hommes et de femmes qui au lieu d’une amélioration de leurs conditions ne connaissent que la stagnation et leur détérioration – tandis que la petite couche dominante s’enrichit à l’extrême. C’est pourquoi la colère s’adresse à l’ensemble du régime en place. Le slogan « A bas la hausse des prix » s’est rapidement transformé en « A bas le dictateur Khamenei » et « Conservateurs et réformateurs votre heure est venue ».
Les agitateurs et les idéologues du mouvement de 2009 sont divisés dans leurs interprétations. Certains parlent de la « nécessité d’organiser les masses » face à la totale incapacité des gouvernants ; d’autres sont effrayés par la violence et se tiennent en marge du mouvement de peur d’une « récupération extérieure ». Ils voient le danger d’une guerre civile.
Le régime aussi a des problèmes en ce sens que la révolte n’a aucun porte-parole, et il renvoie sans cesse à une influence de l’étranger. Les propos inconsidérés de Trump lui ont en cela apporté une aide bienvenue. Sous la menace intérieure et extérieure, réformateurs et conservateurs se sont rapprochés et ont cherché, par un mélange de compassion hypocrite et de répression massive, d’en finir avec cette intrépidité de la rue. Le blocage temporaire d’Internet sur les téléphones portables (3) avait pour but de perturber les communications dans la rue. Après quelque deux semaines les protestations ont repris, les manifestations, se déroulant la nuit, sont devenues moins nombreuses. C’est alors que le régime a décidé de se livrer à des arrestations en masse auxquelles se sont ajoutées les tortures (avec assassinats ciblés) dans les prisons tout en évitant un massacre.
Il y a encore quelques actions et manifestations de nuit isolées. Beaucoup ont pour objet les prisonniers et leur libération. Les grèves ont aussi repris, jusqu’à maintenant seulement contre les menaces de licenciement et le non-paiement des salaires. Dans les usines du cœur industriel (automobile, pétrole…) tout est calme jusqu’ici. Le mouvement pourrait toutefois devenir la base d’une vaste vague de grèves qui conférerait plus de force aux travailleurs. Car c’est indéniablement leur intérêt commun. Contrairement à 2009, les basses couches sociales jouent aujourd’hui un rôle de meneur et les couches moyennes ne suivent plus. On voit ici comment les mouvements de grèves de ces deux dernières années ont modifié la conception de la lutte.

Nationalisme contre islamisme ?

Jusqu’à maintenant, les protestations n’ont donné naissance à aucune vision positive propre d’une autre société. Ce vide est comblé par des idées confuses. L’une des plus absurdes est l’exigence d’une restauration de la monarchie.

Plus important, le nationalisme apparaît partout et s’exprime au travers de slogans tels que « Indépendance, liberté – république iranienne » (au lieu de république islamique). Un slogan que l’on pouvait fréquemment entendre dans la rue disait ainsi « Non à Gaza, non au Liban, j’offre ma vie pour l’Iran ». Un slogan employé depuis des années par les forces nationalistes contre la politique étrangère des mollahs. Dans le mouvement, il était cependant moins clairement nationaliste car lié à l’exigence de mesures sociales. Que les manifestants dans la rue se soient exprimés contre le déploiement d’unités militaires en Syrie et en Irak ne doit pas non plus nécessairement être considéré comme du nationalisme, et ça a son importance parce que jusqu’à il y a peu cette politique étrangère islamo-nationaliste jouissait d’un large soutien flagrant parmi la population.
Malgré tout, le nationalisme (contre la propagande d’Etat de l’islamisme) pourrait combler les lacunes idéologiques du mouvement. Les antennes de radio financées par l’étranger ainsi que les sites Internet et les réseaux sociaux, tels que Amad-News – financés par de riches exilés iraniens – jouent un grand rôle en ce sens.
On peut y ajouter une forme de sympathie pour Trump. Pour beaucoup de gens, il passe pour l’unique ami à l’étranger grâce à ses promesses de soutenir le peuple iranien ! Ce n’est pas dû à sa politique mais au fait qu’il ne ressemble pas à Obama qui était en même temps pour les sanctions et pour l’accord sur le nucléaire resté inefficace. Les gens ignorent le rôle de Trump en fauteur de guerre dans la région ; pour eux, une intervention militaire des Etats-Unis est inimaginable. Au contraire des craintes des exilés iraniens et de la couche moyenne en Iran, enfermés à double tour dans les débats internationaux.

La gauche : le maillon faible

La gauche en exil n’a quasiment rien à opposer au nationalisme de « l’Iran d’abord ». Leurs mots d’ordre « A bas la république islamique », « Fin de l’islamo-fascisme » peuvent être repris par n’importe qui ; les Iraniens de gauche en exil participent à l’étranger à des actions de soutien aux côtés de nationalistes et de monarchistes. La critique du capitalisme devenue évidente dans les rues en Iran est balayée par le slogan « Tous ensemble ! ». « A bas le dictateur ! », autrefois si présent, n’est plus aujourd’hui si important. Le mot « révolution » est dans toutes les bouches mais reste vide de sens.
Lorsque la propagande de gauche cherche à maintenir un état de révolte permanent parmi ses lecteurs (étrangers), les ouvriers n’y paraissent que comme victimes. Ce qui rend difficile toute intervention dans le mouvement en Iran. Par exemple, nous pourrions faire notre autocritique à propos du vieux mot d’ordre de 1979 « Travail, pain et liberté » qui, aujourd’hui en Iran, est de nouveau scandé par les foules. Autrefois aussi, la gauche voulait d’abord se débarrasser du Chah – puis ce qu’il advint ensuite fut hélas ! très important.
Depuis la mi-janvier, le mouvement est retombé mais une nouvelle explosion se prépare. Alors, les ouvriers et les ouvrières ainsi que la gauche (pas seulement en Iran) vont se retrouver devant la tâche d’un monde à changer.

Wildcat

(traduit de l’allemand par J.-P. V.)

________________________________________________________________

L’Iran dans Echanges :

Iran : grève des ouvriers de la pétrochimie contre le système du travail intérimaire

Iran : le soulèvement de Bahman 1357 (février 1979)

Iran : sur les émeutes ouvrières d’avril 1995

La révolution iranienne – 1979

Iran : une renaissance ?

« Iran: Keine Ruhe nach dem Atom-Deal »
________________________________________________________________

NOTES

(1) Voir Echanges n° 155 (printemps 2016), p. 33-37 (NdE) et « Iran: Keine Ruhe nach dem Atom-Deal ».

(2) L’aide « sans conditions » a été introduite par Ahmadinejad en 2010. Elle avait alors été conçue pour remplacer les subventions, une première fois réduites, pour des produits tels que l’essence et le pain. En 2010, cette aide correspondait à environ 40 dollars et était versée à quelque 80 % des Iraniens et Iranniennes. N’ayant jamais été relevée, sa valeur en 2016 n’était déjà plus que de 12 dollars. Conjointement, ces subventions ont été une nouvelle fois réduites En 2016, les subventions pour l’eau, l’électricité et le carburant ne comptaient plus que pour 3,4 % du PIB ; en 2007, ce taux était encore de 27 %. Dans son projet de budget, Rohani veut baisser de plus de la moitié le nombre de bénéficiaires de ces aides, ce qui concernerait 34 millions de personnes.

(3) En Iran, il y a une censure de base des contenus d’Internet, certains sites et applications sont bloqués. Durant l’apogée du mouvement, des réseaux sociaux populaires tels que Telegram et Instagram ont été ajoutés à cette liste de la censure. Depuis, ils sont de nouveau libres d’accès. Les Iraniens contournent cette censure des contenus, sur les nouveaux smartphones en vente les applications nécessaires étant souvent préalablement installées. Le régime le sait parfaitement ; c’est pourquoi dans certains endroits il a temporairement bloqué totalement l’accès à l’Internet mobile et perturbé ainsi les communications interpersonnelles.